Abdelwahed Souii, producteur de lait engagé au sein de l’Association des jeunes agriculteurs tunisiens

Publié le 20 mars 2017
Retour

Un peu excentrée de la commune de Sened, l’exploitation d’Abdelwahed (31 ans) est modeste et très bien tenue. L’électricité ne parvient pas jusqu’à cette partie de la ville ; il faut donc faire sans. Investir dans un branchement coûterait environ 10 000€ à la famille Souii. Jusqu’alors, c’est grâce à un moteur à essence que l’eau est pompée à 75 mètres de profondeur. Mais depuis la construction du puits en 1984, il faut aller chercher l’eau de plus en plus profond.

Abdelwahed est membre de l’Association des jeunes agriculteurs de Sened (AJA), partenaire d’Afdi Pays de la Loire. Il a un diplôme de gestion en  poche et est aujourd’hui producteur de lait, ayant ainsi choisi d’échapper au chômage de masse qui touche 47% des jeunes diplômés de la région. Tous les jours, les 8 vaches laitières de race Holstein sont traites à la main. Mais cet élevage, c’est son père qui l’a lancé il y a 30 ans. Bien que pratiquant une profession hors du secteur agricole, il a acheté quelques vaches. Et comme la grande majorité des habitants de Sened, il a également planté des oliviers sur 10 ha (dont 6 irrigués) en faisant appel à une main d’œuvre extérieure.

Abdelwahed mène aujourd’hui l’exploitation où une quinzaine de membres de sa famille travaillent et vivent: ses deux frères, sa grand-mère, ses parents, ses deux-sœurs, leurs maris et leurs enfants. Membre du bureau de l’AJA , il a pu bénéficier en 2014 d’une formation à l’élevage bovin dans une centre de formation de Gafsa. En 2015, dans le cadre du partenariat avec Afdi Pays de la Loire, il est venu deux semaines sur une exploitation laitière en Mayenne. Son séjour en France a été une expérience enrichissante.
Aujourd’hui la famille possède, en complément des vaches laitières,  un cheval, des volailles et un troupeau d’une vingtaine de brebis élevées pour le lait et la viande. Au moment de l’Aïd Al-Kabïr*, un mouton se vend près de 300€ dans la région.

Deux fois par jour, la laiterie Délice, qui appartient au groupe Danone, collecte une partie de son lait . En moyenne, sont vendus 105 litres de lait (40 le matin et 65 le soir)  au prix  de 0.70 dinar/ litre (environ 0.28€). Le prix est fixe pour l’année. Le reste de la production est vendu sur le marché local à 1 dinar le litre (0.40 € environ).

Les revenus de l’exploitation, partagés au sein de la famille, sont complétés par la production et la vente d’huile d’olive et du petit élevage. Abdelwahed produit également de la luzerne qui vient compléter l’alimentation de ses vaches et limiter ses coûts. Malgré tout, il reste dépendant de l’achat d’aliments comme la paille, l’orge, le maïs et le soja.
Abdelwahed n’a pas les économies nécessaires pour  investir sur son exploitation  mais il dit s’en sortir malgré tout.

* l’Aïd Al-Kabïr est une fête musulmane qui commémore le sacrifice d’Abraham. La tradition est de sacrifier un mouton à cette fête et de partager le repas avec les membres de sa famille.

—-

A propos du partenariat Afdi Pays de la Loire/Association des jeunes agriculteurs de Sened (AJA) en Tunisie:

Compte-tenu des profonds changements politiques et institutionnels qui se sont opérés dans le pays depuis 2011 suite aux printemps arabes, Afdi a souhaité s’investir pour appuyer une meilleure organisation des futurs agriculteurs afin qu’ils deviennent de véritables acteurs du développement agricole et rural, jusqu’alors fortement piloté et encadré par l’État. Ainsi, un partenariat a été initié entre Afdi et l’AJA de Sened dont le but est de défendre les intérêts des jeunes agriculteurs et de promouvoir l’emploi des jeunes dans le monde agricole. Le renforcement de cette organisation permet de travailler plus largement sur le développement de la société civile locale comme moteur, modèle et appui aux autres structures souhaitant se constituer.