Noufou Sankara, acteur d’une réussite paysanne

Publié le 13 mars 2017
Retour

Noufou Sankara est paysan, a 45 ans et est originaire de Yako, dans le centre nord du Burkina-Faso. Il est membre actif de la Fédération des professionnels agricoles du Burkina (Fepa-B), partenaire d’Afdi Pays de la Loire. Il cultive 7 ha dont : 3 ha en niébé, 2 ha en maïs, 1 ha d’arachide, 1 ha de bananeraie dans laquelle il cultive également gombo et piments. Il élève 30 chèvres sur 1 ha, 200 pintades et compte développer l’apiculture dans sa bananeraie. Président de la coopérative agricole du Passoré (CAP) qui compte aujourd’hui plus de 6000 producteurs de niébé, sésame et oignons, Noufou est un leader paysan discret. Il a fait, avec les autres fondateurs de la coopérative de Yako, le pari de l’indépendance. Ainsi la CAP vise à améliorer l’organisation et la maîtrise des producteurs sur leurs filières et mise sur les incitations économiques pour valoriser les bonnes pratiques de ses animateurs et de ses adhérents.

Pour la filière niébé, la CAP a réussi à développer un réseau performant de 160 femmes semencières assurant un approvisionnement en semences de qualité aux producteurs. Faisant le choix de ne pas passer par un processus de certification, le réseau semencier interne à la coopérative propose une semence, à qualité égale, à un coût bien inférieur à celui du marché : 400 FCFA le kilo de semences CAP non certifiées contre 800 FCFA sur le marché. Cette année, ce sont 15 tonnes de semences de niébé qui ont été produites. A terme, l’objectif de la coopérative est d’approvisionner 100% de ses adhérents en semences.

Pour maitriser la qualité de la production, la coopérative a également développé un service efficace d’accès groupé aux intrants: l’épargne Baoré (grenier en moré). Ce système permet aux producteurs adhérents de regrouper progressivement et librement 60% du prix des intrants et à la coopérative de négocier les 40% restants auprès d’une institution financière. Cette année, les adhérents ont mobilisé 122 millions de FCFA et la coopérative a emprunté 55 millions de FCFA auprès de la Caisse populaire.
Cette maîtrise en amont des intrants permet à la coopérative de proposer un produit de qualité qui répond notamment aux normes du Programme Alimentaire Mondial (PAM), un de ses clients. Sur les 3150 tonnes commercialisées par la coopérative, 150 sont achetées par le PAM et 3000 sont vendues à des commerçants burkinabè qui alimentent le marché local et exportent une partie du niébé vers les pays voisins. Les adhérents sont incités à la commercialisation groupée via un système dit de « ristourne » qui assure une redistribution des marges bénéficiaires comme suit : 60% au producteur, 25% à la CAP et 15% à la coopérative communale.

La coopérative du Passoré fonctionne uniquement grâce à ses fonds propres et à sa capacité d’emprunt. Indépendante d’aides extérieures, elle mobilise désormais une partie de l’épargne de ses adhérents afin de contourner les taux d’intérêt élevés proposés par les institutions financières. Elle emprunte ainsi près de 40 millions de FCFA auprès de ses adhérents.

La CAP est tournée vers l’avenir et va se doter d’un nouveau local. L’ambition de Noufou est de construire un local énergétiquement indépendant, alimenté par des panneaux solaires et un méthaniseur.

—-

A propos du partenariat Afdi Pays de la Loire/Fédération des professionnels agricoles du Burkina (FEPA-B)

Prenant en compte le plan stratégique de la FEPA-B et les orientations stratégiques d’Afdi, ce partenariat renforce la promotion de l’agriculture familiale au travers de services adéquats aux membres. Les initiatives qui améliorent l’autonomie économique des membres sont soutenues au travers de dotations servant à financer du conseil agricole, des formations, des échanges, de l’accompagnement à l’installation des jeunes…La veille sur les enjeux nationaux et sous régionaux, utile pour restaurer la crédibilité technique, politique et institutionnelle, sert également à fournir des éléments d’informations nécessaires à Afdi Pays de la Loire pour mettre en œuvre sa mission de sensibilisation et d’information des ruraux français de la région.