Sortie de la France de la NASAN : une décision exemplaire en faveur de l’agriculture familiale

Publié le 9 février 2018
Retour

Suite à l’annonce du Comité interministériel sur la coopération internationale pour le développement (CICID), la Confédération paysanne du Faso (CPF) et Agriculteurs français et développement international (Afdi) souhaitent saluer la décision française de quitter la Nouvelle alliance pour la sécurité alimentaire et la nutrition (NASAN). Cette initiative favorisant les investissements de grands groupes privés dans la production agricole dans dix pays d’Afrique n’est pas cohérente avec le positionnement historique de la France en faveur du développement de l’agriculture familiale africaine. Les témoignages de paysans membres de la CPF et de nombreuses études ont prouvé que les initiatives soutenues par la NASAN au Burkina-Faso ont eu des effets particulièrement négatifs pour les agricultures locales, en favorisant l’agriculture de firme au détriment de l’agriculture familiale.
Nous sommes persuadés que, dans le sillage de cette décision, la France peut être un pays leader de partenariats publics privés moteurs d’un développement agricole endogène et efficace en matière de lutte contre la pauvreté. Au Burkina-Faso, comme dans beaucoup de pays Africains, il est temps de considérer les agriculteurs familiaux pour ce qu’ils sont : les premiers investisseurs privés de leur secteur !

Communiqué de presse de la Confédération paysanne du Faso (CPF) et d’Afdi :

Communiqué de presse Afdi CPF – NASAN 09022018