Madagascar : les jeunes prennent des responsabilités dans les organisations paysannes

Publié le 17 mars 2020
Retour

Featured Video Play Icon

Chaque année, 400 000 jeunes intègrent le secteur agricole à Madagascar. Ils n’ont que très rarement accès aux terres, aux intrants, au conseil agricole et à l’investissement. Au sein même de leur organisation paysanne, les jeunes restent souvent marginalisés.

 

L’insertion au sein des OP, une priorité du Réseau SOA

Depuis 2014, le Réseau SOA, syndicat national des organisations paysannes, partenaire d’Afdi, se bat pour l’insertion des jeunes au sein des organisations paysannes (OP). Le Réseau SOA encourage les efforts de 12 OP membres dans 7 régions du pays. Son objectif : promouvoir les services à l’installation, la formation à la prise de responsabilités et la participation des jeunes aux concertations nationales sur la politique agricole.

 

Les jeunes installés promeuvent les bonnes pratiques agricoles

Entre 2017 et 2019, les OP ont accompagné 1299 jeunes, dont 40 % de femmes, dans leur installation. Un succès, puisque 99% sont restés sur leur exploitation. Initiés aux pratiques agroécologiques telles que la rotation des cultures, les associations culturales ou l’utilisation de compost, ils les promeuvent à leur tour.

 

Des jeunes accèdent aux commandes d’OP

Grâce aux formations organisées par le Réseau SOA, 81 jeunes, dont 29 femmes, ont été formés à la prise de responsabilités, ce qui favorise la relève dans de nombreuses OP. Le bureau de SOA compte par exemple deux nouveaux jeunes parmi ses cinq élus. L’Union matanjaka à Diégo compte ainsi 50 % d’adhérents jeunes (moins de 35 ans) depuis 2018. Son président, élu en décembre 2019, est un jeune accompagné par le réseau.

 

Témoignages vidéo de trois jeunes

Rasoanandrasana Harisoa

Jeune agricultrice de 32 ans accompagnée par le Réseau SOA, elle a bénéficié d’une formation sur les techniques agricoles améliorées ainsi que d’un appui financier. Ces services lui ont permis d’augmenter sa production d’oignons et de haricots, d’améliorer ses revenus et donc de scolariser ses enfants dans une meilleure école.

Andriamanantena Francia

Cette jeune femme de 33 ans est membre de l’OP FISOI et productrice de semences de courgettes, de choux et d’oignons. Elle a pu obtenir un prêt dans le but d’acheter des équipements agricoles. Ces fonds représentent pour elle un moyen de gagner en autonomie dans la gestion de ses revenus et de moins dépendre de sa famille, améliorant ainsi ses conditions de vie et de travail.

Ratsimametra Fanomezantsoa

Jeune homme de 35 ans et président de l’OP Soamitsinjo, il a suivi plusieurs formations organisées par le Réseau SOA. Gestion d’une association, prise de parole en public, analyse et développement des marchés : ces formations lui permettent notamment de soutenir son OP dans la recherche de débouchés commerciaux nationaux et internationaux.

 

Regardez la vidéo